ARS : un mur de langue de bois!

Fouad Kharrab et moi-même faisions partis de la délégation du comité de défense des deux hôpitaux de Clermont, rassemblée pour rencontrer un représentant de l’ARS de Picardie, à Amiens. C’est M. Véjux le « directeur de la direction de l’hospitalisation » qui nous a reçu dans les locaux amiénois.12265750_1210375768988943_4234302497447191866_o

Cette rencontre avait pour objectif de manifester notre détermination à défendre la maternité, et plus largement l’hôpital public auprès de cet organisme chargé de la mise en oeuvre de la politique de santé dans notre région, et bientôt, dans la nouvelle grande région.

Bien entendu, il faut le dire d’emblée : dans cette réunion, nous n’avons rien appris de ce que nous avions intérêt à connaître et n’aurions pas déjà su. Les directeurs de structures comme l’ARS sont des docteurs ès langue de bois. Ce que tout le monde sait.

Toutefois, au-delà de la ritournelle habituelle sur les déficits des hôpitaux, deux éléments sont intéressants à noter :

ars-picardie_1-660x3301- L’ARS a été gênée par la manifestation du comité, mais aussi par nos déclarations dans la presse (bien identifiées, décryptées et analysées par elle). À plusieurs reprises, le « directeur de la direction de l’hospitalisation » y a fait référence, et l’ARS a bien perçu la dynamique des mobilisations liées à l’hôpital.

2- L’ARS a bien comme projet de fusionner les hôpitaux de Beauvais et de Clermont. Très clairement, le « directeur de la direction de l’hospitalisation » y a fait référence, et à plusieurs reprises. Pour lui l’avenir est de ce côté et dans le monde hospitalier idéal qu’il imagine, îlot de bonheur pour le beauvaisis et le clermontois, les deux hôpitaux doivent fusionner.

12243253_10208369965310390_7130072039309022000_nCela doit nous conduire à rester vigilants et déterminés et surtout à nous rassembler et agir pour rester visibles, d’autant qu’une nouvelle carte sanitaire devrait surgir de la nouvelle région naissante. Les sommes allouées pour les urgences doivent appuyer nos revendications, pour mettre en dynamique l’hôpital.

Nous l’avons signalé, Fouad Kharrab et moi très clairement au « directeur de la direction de l’hospitalisation » à la fin de la rencontre : on ne se taira pas et on ne laissera pas faire les mauvais coups contre le Service public hospitalier!